Comment certaines villes arrivent-elles à economiser sur l’eclairage public ?

Des villes testent l’éclairage public intelligent

Nous sommes très proche de la suisse, et je vous fais un article que j’ai lu ce matin dans « LE MATIN », célèbre quotidien de ce Pays .

Economiser l'energie des villes

 LAMPADAIRES — L’éclairage de rue coûte en Suisse 160 millions de francs par an. Il serait possible d’en économiser la moitié en changeant certaines habitudes. Des villes romandes comme Yverdon se sont déjà adaptées et des agglomérations plus grandes s’y préparent.

L’éclairage nocturne gagne toujours plus en intelligence et en efficacité. Un mouvement inéluctable d’autant que la Suisse va s’aligner sur la directive Ecoconception des produits consommateurs d’énergie de la Commission européenne. Cette directive interdira notamment la vente des ampoules à vapeur de mercure dès 2015.

Certaines communes et municipalités tant en Suisse romande qu’alémanique n’ont pas attendu pour installer des éclairages publics à base de LED (Light Emitting Diode ou diode électroluminescente) dans certaines rues. Yverdon a fait le pas voici quelques années et la ville de Winterthour s’y essaie avec une phase de test sur une piste cyclable, explique le quotidien local Landbote.

Des lampes LED vont remplacer les modèles existants mais elles auront également droit à des senseurs qui se déclencheront au passage des piétons ou des cyclistes. En cas de succès, ce système pourrait préfigurer l’éclairage nocturne de la ville de 100’000 habitants.

Landquart s’est décidée en 2011

Les avantages des LED sont nombreux et intéressants pour une municipalité: outre un prix qui devient de plus en plus abordable, production de masse aidant, et une consommation nettement moindre, les systèmes d’éclairage LED autorisent une variation totale de l’intensité lumineuse et surtout, ils offrent un allumage quasi instantané.

Les cantons sont également de plus en plus nombreux à empoigner la problématique, à l’image de Berne qui examine le principe de la lumière sur demande (Light-on-Demand) dans divers projets pilotes. L’éclairage nocturne représente encore un véritable gouffre énergétique, souligne l’ingénieur cantonal Stefan Studer mais l’utilisation de lampes LED devrait peu à peu améliorer la situation.

De nombreuses communes à Bâle-Ville ou Zurich ont déjà lancé des programmes de test à base de technologie LED. Landquart dans les Grisons a franchi le pas en 2011 en remplaçant tout son éclairage public. La consommation s’en est trouvée réduite de 60% et les nouvelles installations devraient être amorties en huit ans.

Des LED oui, mais pas partout

Les premiers constats sont donc encourageants mais il en ressort que l’utilisation de LED est déconseillée dans les endroits nécessitant une forte luminosité. Les communes peuvent toutefois se tourner vers la S.A.F.E, l’agence suisse pour l’efficacité énergétique, qui propose différents exemples de pilotage de l’éclairage public.

Selon l’agence, les lampadaires nocturnes représentent 1,5% de la consommation globale et génèrent des coûts annuels proches de 160 millions de francs par an. Cette somme pourrait être réduite de moitié en choisissant les nouvelles technologies et des systèmes de pilotage adaptés.

Source le Matin

Article de Pascal Schmuck,

Photographie PIR

One Response

  1. Merci bien pour cette veritable source d info.

Laissez un commentaire